5

Le trajet, toujours pas net!

     C'est sous une pluie battante que nous nous sommes réveillés ce matin là. Nous avons trouvé refuge dans le vestiaire du stade en y rapatriant petit bout par petit bout toutes nos affaires. Nous avons espéré vainement que la pluie se calme tout en nous lavant sommairement à l'eau glacée du lavabo, puis avons pris la décision de marcher sous le déluge. Equipés de nos ponchos de sacs, polaires imperméabilisées et capes de pluie, c'est finalement les chaussures qui ont pris l'eau et nous nous sommes abrités dans le bar du premier village que nous avons trouvé, deux heures et demie plus tard, transis et hébétés. Après quelques verres, un client nous a parlé d'un hôtel et nous avons décidé de marcher encore un ou deux kilomètres pour y passer la nuit et faire sécher nos affaires. Après un bain bien chaud, nous nous sommes mis en quête d'un dîner. La pizzéria étant fermée, nous sommes repartis sur nos pas pour aller au restaurant aperçu plus tôt dans l'après midi et bien nous en a pris car c'était une tuerie. J'y ai dégusté des gnocchis aux truffes et le canard a pris des tagiatelles à la truite (spécialité de la vallée) et au pesto. Je recommande donc vivement le Meridiana à Ferrazza, peu cher, accueil super (le chef est venu nous expliquer la carte en français!). Par contre l'hôtel Ponte Nuovo de Molino di Altissimo n'était pas merveilleux - à part le lit ultra moelleux et géant - onéreux et glauque.

IMG_5714

Le vestaire anti-pluie

IMG_5719

La pauvre bâche sous la pluie battante

IMG_5721

Le séchoir à chaussures