Walbourg3

    Le concert de l'an dernier à Walbourg a été une grande réussite. Mais cette année il sera sans doute encore meilleur vu l'entraînement qu'il y a derrière et vues les nombreuses heures de chant hier, lors de la première séance d'enregistrement de notre futur CD...

    Un enregistrement c'est un truc de fou. On est obligé d'apprendre le silence: Ne pas bouger, ne pas respirer trop fort, ne pas tourner les pages, ou si peu... On remarque le moindre faux pas, évidemment plus chez les autres. On essaie de se concentrer et puis on se fait avoir au détour d'un phrasé... On attend que le tram passe, on espère que le chef ne va pas s'emmêler les pieds dans sa veste, on espère que ce sera bientôt la pause... On se fait engueuler parce qu'on a fait du bruit, parce qu'on ne chante pas assez fort, parce qu'on ne part pas ensemble, parce qu'on ne prononce pas bien l'italien...
    On se fait surtout plaisir parce que parfois on est content de soi, mais aussi parce que le chant est un vrai sport collectif et qu'on en ressort lessivé mais que le match a été beau. Et surtout parce qu'on redécouvre chaque fois de nouveaux passages, d'une manière différente. On se retrouve émerveillé par une note, une seule, celle qui nous fait dresser tous les poils des bras, qui nous donne juste envie de fermer les yeux et de sourire béatement pendant qu'une petite larme, minuscule, vient affleurer au bord de notre paupière et qu'on ravale parce que l'instant est déjà passé et qu'on ne doit pas perdre le fil. Mais on donnerait n'importe quoi pour revivre cette fraction de seconde, cet instant précieux et éphémère, celui qui nous fait nous rappeler pourquoi on travaille toutes les semaines, bravant les intempéries et la fatigue pour se retrouver tous ensemble et construire peu à peu la musique qu'on aime. Celle qu'on aime pour nous, et celle qu'on essaie d'offrir la plus intacte possible lors des concerts.

    Je me rends compte que je me suis un peu envolée, moi qui voulais faire un post court. Surtout pour avouer que dimanche prochain, je n'en serai malheureusement pas, préférant passer le week end avec le graphiste de l'affiche plutôt qu'avec les choristes (en même temps le graphiste est sans doute plus amoureux de moi que les choristes). J'espère que personne ne m'en tiendra rigueur...